Comment financer son voyage en travaillant ?3 min read

Parmi ceux qui gagnent leur vie sur la route, on rencontre de tout. Pendant les années 1990, un garçon qui possédait un sérieux bagage en pâtisserie (travail chez Lenôtre et autres maitres) sillonnait l’Amérique du Sud, de grand restaurant en grand restaurant. Il présentait ses documents justificatifs et les propositions pleuvaient. Il travaillait plusieurs semaines et puis allait voir ailleurs…

Certains petits génies en mécanique trouvent aussi à s’employer dans tel ou tel atelier. Certains artistes, musiciens, clowns et autres, vivent très convenablement. D’une façon générale, mieux vaut savoir faire quelque chose si on désire manger tous les jours en voyageant.

Travailler pour se nourrir et pour découvrir les coutumes du pays

Quelle meilleure manière pour découvrir un pays de l’intérieur, ses cultures, ses traditions, culinaires et autres, qu’en partageant le quotidien de ses habitants en travaillant à leurs côtés ? Le travail reste une excellente manière de voyager à vélo. Il est possible de faire un tas de boulots saisonniers, nourri-logé ou pas, pour voyager autrement, à moindre coût, voire même en gagnant de l’argent ! Et qui permettent d’appréhender un pays avec un autre regard. La France est un pays de tradition agricole au territoire varié et malgré la mécanisation galopante de nos campagnes, il reste possible de trouver des cueillettes un peu partout, selon les saisons. Il est ainsi envisageable de faire un tour de France des travaux agricoles. Ce sont souvent des conditions de travail physiques, mais c’est aussi un excellent moyen pour gagner un peu d’argent rapidement et facilement, tout en faisant des rencontres souvent insolites et conviviales.

Les vendanges

Les vendanges sont certainement le travail saisonnier le plus facile à trouver, le plus convivial, le plus intéressant, le plus festif et où il est possible de rencontrer des personnes de tout horizon. Pour des vendanges nourri-logé, le Beaujolais reste la région de prédilection, mais on peut vendanger partout en France, de l’Alsace au Bordelais, en passant par les Pays de la Loire et jusqu’à la Méditerranée. De nombreuses offres sont postées sur Pôle Emploi au mois d’août pour des récoltes en septembre-octobre, selon la région. Il ne faut pas non plus hésiter à se présenter directement aux portes des domaines au moment des récoltes. À titre indicatif, il est possible d’enchaîner douze jours de vendanges en Beaujolais, puis huit jours en Bourgogne et de gagner en moins d’un mois environ 1100 € nourri-logé. De nombreuses opportunités existent également en arboriculture, principalement dans le sud de la France (Drôme, Ardèche) pour les récoltes d’abricots et de pêches en été. Pour les autres récoltes, il est souvent demandé un minimum d’expérience ou bien un moyen de locomotion pour se rendre sur les parcelles. Un site Internet répertorie toutes les cueillettes selon les régions et les saisons : anefa.org.

Vélo et travail

Le temps devant soi, l’envie de rencontres, un budget serré, le vélo est posé dans le hangar et nous voilà retourner la terre, planter des choux… Souvent, le travail s’effectue le matin, l’après-midi reste libre pour la découverte des environs, les rencontres et le repos. Un moyen de prolonger le voyage en approfondissant la rencontre culturelle, pour un jour, plusieurs jours, voire quelques mois ! Le temps de pause à la ferme dépend de chacun, il est à discuter avec le paysan en amont, lors de la prise de contact par téléphone ou mail, en fonction des annonces lues sur le site.

Avec des enfants ?

L’occasion pour eux de sortir de leur carriole ou descendre du tandem pour jouer avec poules, vaches et cochons !

Article connexe : Le mini-guide pour emmener ses enfants au ski !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *