Archive for: août 2016

Séminaires d’entreprise 2017 : où partir ?

Actuellement, les séminaires d’entreprise sortent un peu du local habituel aux destinations proches et sur de courtes durées. Avec un budget limité sans négliger l’événement, 2 nuits est largement suffisante pour une entreprise en séminaire de s’héberger ailleurs et de partir très proche. Efficace pour à la fois se réunir à un but professionnel et pour partage un petit moment de bonheur ensemble entre employés. C’est au choix de destination que rapporte surtout le débat : quel endroit choisir  pour un tel évènement ?

Les côtes en France

En France, les côtes  dotées de mers et des environnements assez spacieux, encore pure, naturel et notamment bien équipé, la mer est la première destination qui attire les participants d’un Séminaire de détente. Avec des activités nautiques, la région touristique sur les  côtes de France fait partie des endroits nautiques qui mettent en avant les activités en groupe comme  le  canoë en mer. Des endroits avec une grande facilité d’accessibilité, des endroits attrayants, des endroits culturellement et environnement riches et favorable pour bien se sentir, la côte de la France ne manque de rien pour recevoir un tel évènement. Mais pour un séminaire, certains endroits bénéficient d’une notoriété plus que les autres auprès des séminaristes d’une entreprise.

Des destinations attrayantes pour un séminaire d’entreprises :

Les trois vallées font partie de ces endroits, qui, avec ses grandes capacités en infrastructure et son territoire favorable pour le ski en groupe, hébergent des professionnels qui proposent leur service d’accompagnement pour une activité distractive pour un tel évènement. Des offres personnalisées comme l’entreprise le souhaitent en activité ski et  des équipements complets, toutes les conditions y sont réunies pour faire de cet endroit un moment magique pour réussir un séminaire. Pour toutes entreprises qui envisagent de s’approprier un endroit tout entier pour son entrepreneur

séminaire d’entreprises

De  même catégorie que les trois vallées aux yeux des séminaristes, ces derniers abordent souvent le sujet de Marseille comme sujet de destination et c’est un débat qui va dans le sens positif. En endroit touristiquement célèbre pour ses attraits touristiques, son environnement privilégié,  sa grande capacité d’accueil dans une ambiance très favorable  ainsi que ses offres en activités distractives en groupe sur mer comme sur terre, les séminaristes y trouvent leur bonheur avec une organisation professionnelle.

Comment transporter son vélo dans l’avion ?

Pédaler sur des champs inexplorés, promenade matinale sans le bruit des voitures, c’est tout bon. Cependant avant tout cela il faut passer par la phase : « transporter son vélo dans l’avion ». Pour les trains, les voitures comme pour les bateaux c’est une histoire et en avion c’en est une autre. Pour ceux qui souhaitent un jour voyager en avion avec leur vélo, les astuces suivantes pourraient  être un remède pour éviter de perdre du temps et de stresser à l’aéroport.

Prévisualiser son itinéraire avant le voyage en avion

La première phase et la plus importante consiste à décider de sortir de la maison avec simplement son vélo et son sac ou d’emballer le tout en se faisant raccompagné. Tout en sachant que la taille peut dépendre des accessoires, notamment pour un modèle classique  ou un vélo à moteur électrique.

En n’emmenant que son vélo, il faut se préparer à affronter le trafic aux alentours des aéroports. De même pour les autoroutes où le transport de carton et d’emballage n’est pas autorisé. Après avoir passer cette épreuve, viens ensuite le contrôle des responsables des bagages. Avec un peu de chance tout devrait bien se passer sans que des payements ne soient demandés. Pour évier autant de suspens il vaut mieux s’informer sur l’aéroport et les services bagages au préalable.

Dans la deuxième option, tous les éléments de son vélo sera emballés dans un gros carton avant le voyage en avion. C’est l’encombrement assuré à condition d’être raccompagné ou de faire appel à un taxi. Dans les deux cas, voici quelques mesures à prendre à l’aéroport pour faciliter le transport de son vélo pour le voyage.

Gérer l’équipement et la disposition de son vélo

La première chose à faire c’est de dégonfler les pneus. C’est obligatoire dans la plupart des aéroports alors autant prendre le devant. Il faut tout de même préserver les chambres à air des chocs éventuels en laissant un peu d’air pour éviter l’autocrevaison. Ensuite il faut ôter les pédales, la selle, le dérailler et les chaines avec les bons clés selon le modèle. Il faudrait essayer soi-même pour voir le mécanisme et ne pas perdre des heures à le remettre en place.

En guise de protection, utiliser des mousses ou des cellophanes alvéolaires autour des pièces critiques est de rigueur pour prévoir les vilaines secousses en avion. Notamment les freins, la selle, et le dérailleur. Précaution double pour un modèle à moteur electrique où les éléments électroniques sont plus sensibles aux secousses.

Il ne faut pas hésiter à s’entrainer à la maison pour démonter et remonter son vélo pour éviter des encombrements inutiles une fois arrivé à destination.

 velo à moteur electrique

Se préparer pour les tarifications bagages

En pratique, la tarification des bagages dépend des prestations de l’aéroport, de la formule (classe) choisie ainsi que du pays. Dans ces faits, il existe un seuil de poids autorisé, et dans la mesure où l’ensemble de son carton ne dépasse pas le seuil alors, il ne devrait y avoir aucun payement. En contremesure, il faut estimer à l’avance le poids de son bagage, le poids accepté pour la compagnie et le prix de chaque poids supplémentaire. En particulier pour un velo assistance electrique, qui est plus lourd que les modèles classiques.

Une solution serait aussi de choisir un vélo ou des équipements plus légers. Ce n’est pas dénué de sens par rapport aux prix qu’il faudrait payer dans le cas d’une surtaxe.

Bref, la situation peut être différente d’un aéroport à un autre. Cela dit, ces conseils devraient permettre à tout un chacun de transporter efficacement son vélo en avion que ce soit avec un moteur electrique ou non. Et surtout d’éviter de se stresser à chaque fois.

Premier voyage à vélo : 4 choses à faire avant de partir

De nouvelles découvertes, une expérience inédite et de grandes sensations, c’est ce qu’un long voyage à vélo promet. Pourtant, ce ne sont pas des avantages acquis, en particulier pour celui qui va faire son premier tour de pédale dans le domaine. Le défi, c’est de combiner les bonnes bases importantes dans un voyage vers un autre pays aux bonnes pratiques indispensables en vélo. Voici plus de précision.

Veiller à la qualité de ses équipements

Ce n’est pas un voyage à vélo pour rien ! Avoir des matériels défectueux ou non adaptés sera les premiers facteurs pour ruiner une bonne expérience. Pour ce faire, il est indispensable de s’informer aux préalables sur les particularités de son vélo. En effet, les dispositions diffèrent d’un modèle à un autre, pour ne citer que la différence entre un modèle classique et un modèle à moteur electrique. En plus des matériels de base, il faut savoir que certaines pièces ne se trouvent pas forcément dans le pays à visiter (pneus, batterie, etc.).

Outre l’équipement pour le vélo, l’équipement comprend aussi les éléments utiles pour le camping (sac de couchage, gaz, ustensile de cuisine, etc.). Et comme il est question de déplacement, mieux vaut choisir de matériels légers.

Partir pour un pays où la langue utilisée ne sera pas du charabia

Voyager à vélo est sans aucun doute un moyen d’allier plaisir et économie lors de son voyage. Connaitre la langue du pays visité est également un élément important dans un premier voyage à vélo. En effet, même s’il sera question de pédaler, c’est également un moment pour rencontrer de nouvelles personnes, d’où descendre de son vélo. Dans la plupart des situations, le mieux c’est de pouvoir communiquer aux locaux pour partager ses découvertes. Dans le pire des cas, c’est toujours une bonne chose de pouvoir demander de l’aide. Pour trouver les mécaniciens du coin par exemple ou de la prochaine station pour recharger son téléphone et la batterie de son moteur electrique.

S’il faut vraiment partir pour un pays où un contré étranger, l’astuce, c’est d’au moins apprendre quelques mots de base du type : « combien ça coûte ? » « Bonjour ! » ou « Quel est le nom de cette ville ? ». Sinon, tout simplement apporter un mini dictionnaire sur soi.

Réduire le nombre de transports

Un des problèmes fréquents qui pourraient démotiver un premier voyage à vélo, c’est sans doute le transport du vélo. Que ce soit en train, bus, bateaux ou en avion, c’est toujours un risque de problème pour ne citer que de devoir remonter et d’assembler son vélo à chaque départ et arrivé. D’autant plus que cela peut endommager le matériel, en particulier pour les parties sensibles comme le dérailleur ou le moteur electrique pour certains modèles. Quitte à faire face à ce risque alors, autant prendre les devants et ne le faire qu’une fois.

Le plus sûr c’est de prendre un vol direct pour le départ et de même pour le retour. Certes, il y a de grandes chances que ce soit plus cher, mais pour éviter de ravoir son vélo en mauvais état, cela en vaut le coup.  En pratique, il existe des cartons spéciaux pour protéger son vélo durant les transports. Ils se trouvent facilement chez les magasins de deux roues : vélo, gyropode, skate… ou tout simplement chez les vendeurs d’équipement sportif.

Premier voyage à vélo

Premier voyage à vélo : s’attendre à l’imprévisible

Enfin, malgré toutes les préparations et les planifications, il y a souvent les imprévues. Chaine qui se casse, budget non respecté, nourriture insolite, sac perdu, etc. De toute façon, un voyage à vélo sans surprise, de rencontre ni de petits détours n’en sera pas plus réussi. C’est tout bonnement une occasion d’apprendre soi-même. L’astuce c’est de laisser faire le hasard de temps en temps et de garder sa motivation pour le but du voyage.

Guide pour visiter les Hautes Plaine de La Réunion

En arrivant à La Réunion, les touristes et vacanciers ne manquent jamais une petite visite sur les hautes Plaines, du côté de Saint Pierre ou St Benoit. Ceux qui ont été conquis pour cette île sont surtout ceux qui sont passés par ces hautes Plaines et en eu de beaux souvenirs.

Il est clair que les tours d’horizon vers les hautes font absolument partie des bons plans la réunion. Pour ne rien laisser au hasard, il faudrait emprunter le chemin qui mène à Saint Pierre jusqu’à Saint Benoit.

Traverser Tampon

Pour parvenir dans les coins paradisiaques de l’île, il faudrait passer par la ville Tampon. Cette ville constituée de 75 000 habitants est loin d’être anodine, du moins même si elle s’étale en longueur et en hauteur, ayant 287 m à  2 418 m d’altitude, il ne faut pas se retarder dans cette visite, puisque les plus beaux paysages restent à venir. À ce sujet la route raccordant Tampon à la Plaine des Cafres est vraiment agréable.

Aboutir à La Plaine des Cafres

Au cœur des Hautes plaines de la reunion, les Plaines des Cafres est un excellent endroit qu’il faut absolument découvrir. Il comporte d’abord la célèbre Maison du Volcan, proposant une présentation générale du volcanisme. En passant sur La Plaine des Cafres, le Belvédère de Bois-Court est à visiter. De là, les touristes trouveront de réels plaisirs à contempler la superbe vue sur Grand-Bassin et l’horloge hydraulique. Rien que pour voir le paysage, cela vaut le détour.

Admirer le volcan Piton la Fournaise

Durant le périple à la reunion, l’étape à ne pas manquer est la visite du Piton de la Fournaise ou du volcan actif de l’île. Il culmine jusqu’à 2 632 mètres d’altitude. Il s’agit d’un volcan-bouclier, constituant 40% de la partie sud Est de l’île.

La plaine des Palmistes

Une ville de 1000 mètres d’altitude, une petite virée vers la plaine des Palmistes est également à ne pas rater. La ville toute verte, avec des fleurs ici et là, est tout à fait charmante. Il faudrait à tout prix prendre des photos souvenir du domaine des Tourelles ou la belle villa créole, la cascade Biberon disposant d’une chute d’eau de 250 mètres.

Prévoir des randonnées

Les hautes plaines de la reunion, qu’il s’agisse de La Plaine des Cafres, du Tour-de-Fer, de la forêt de Bébour-Bélouve, du Tour de fer, de Piton bébour ou de Piton de l’eau, sont de beaux endroits pour pique-niquer. La famille y trouve également son compte, puisque certaines villes comme La Plaine des Cafres, met déjà à disposition des touristes des cases, barbecues, toits pour se protéger du soleil et savourer l’air pur.

bon plan la reunion

Un vol en hélicoptère pour admirer les hautes

Parmi les bons plans la réunion le vol à hélicoptère est très prisé, surtout parce que l’île regorge une variété de faune et flore exotique. C’est la meilleure façon de voir sous un autre œil les hautes plaines, la mer, et autres. Pour cela, il faudrait au moins opter pour un survol au-dessus des 3 cirques et du volcan. Question budget, une telle évasion n’a pas de prix, et ce malgré que le vol peut être onéreux. Un survol de  45 minutes est préconisé, il suffit juste de bien choisir la compagnie aérienne proposant les meilleurs services.

Bref ! Pour vivre de moments exceptionnels à la reunion et faire le plein de souvenirs, la visite des hautes plaines n’est surtout pas à manquer.