Archive for: décembre 2015

Dubaï : l’autre visage de la ville

Tout le monde connait Dubaï, comme étant la ville animée où la modernité et les avancés technologiques ont en fait leur nid. C’est un lieu touristique où toutes les folies sont au rendez-vous. Cependant au-delà des tours et gratte-ciels peuplant la ville, Dubaï affiche un autre paysage : le désert. Un autre aspect de la ville qui attire de plus en plus de visiteurs. Là où les cultures ancestrales se mélangent avec la tranquillité des dunes de sable.

Le désert à proximité

Malgré son expansion, le désert est toujours présent autour de la ville. Il suffit de rouler moins d’une heure pour se trouver nez à nez avec un tout autre paysage. A condition bien sûr d’être à bord d’un véhicule adapté au terrain. Une autre pratique bien utile avant de s’aventurer dans le désert : se couvrir la tête. C’est primordial pour se protéger du rayonnement solaire, des vents de sable, et en même temps pour s’imprégner de la couleur du pays.

désert

Le Dune Bashing

Comme son nom l’indique, le Dune Bashing est un sport pratiqué exclusivement dans le désert. Cette pratique ludique est tout à fait adaptée au paysage désertique. Le principe consiste à déverser les dunes les unes après les autres. Mais attention ! Ce n’est pas aussi facile que cela en a l’air. C’est d’ailleurs pour cela qu’un guide doit être présent. Parfait pour les amateurs de sensations fortes, c’est une expérience à ne manquer sous aucun prétexte.

Sinon, le défilement des dunes est un spectacle inédit pour tous ceux qui ont toujours voulu découvrir le désert. C’est une activité très plaisante, de même que le calme pour s’évader un peu de l’agitation de la ville.

La fauconnerie et les Bédouins : un art, une tribu

Même si cet art trouve son origine sur les hauts plateaux d’Asie centrale, il y a des siècles, le « sport des princes » est devenu un domaine de prédilection des Emirats Arabes Unis. Cette pratique est si importante, qu’elle s’est incrustée dans la culture de certaines tribus locales et même du pays entier.

Il est très intéressant de voir la symbiose entre un dresseur et un faucon. C’est tout bonnement spectaculaire, quand le faucon monte à une de ces altitudes et redescend en piqué avec une telle agilité et précision.

En principe, les faucons sont capturés et suivent des parcours de dressages. La chasse était indispensable pour les tribus d’antan, la fauconnerie avait surtout pour objectif d’aider les chasseurs dans leurs tâches. Le prix d’un faucon n’est tout de même pas donné, sans parler de l’entretien qui nécessite un professionnel. Ainsi, elle est advenue un sport national qui divertit particulièrement les gens fortunés du pays.

faucon

Des bons mets jusqu’aux tatouages éphémères

Prendre son met dans le désert est également une des opportunités qui s’offrent aux touristes. En plus de la découverte de la fauconnerie, la tribu propose des mets particuliers. La nourriture est en fait à base de houmous, une préparation typique du Proche-Orient qui se compose généralement de pois chiches et de tahiné (une purée de sésame). Il s’accompagne généralement de la viande ou de légume.

Bref, Dubaï ne se caractérise pas seulement de par ses hautes constructions traversant les cieux. C’est avant tout un peuple et une culture qui ont su s’adapter à d’autres civilisations. La découverte du désert est une opportunité qui s’offre également à tous les amateurs de cultures originales.

Astuces pour financer son tour du monde

Avant de partir pour un long périple, de parcourir le monde, il faut suivre quelques astuces pratiques pour financer un long voyage. Voici quelques méthodes qui vont permettre de faire des économies, de faire financer son voyage et de se payer un véritable tour du monde.

Faire des économies

Avant de faire un tour du monde, il est nécessaire de faire des économies. Nombreux pense que c’est difficile, mais en réalité il est plus facile de mettre de l’argent de côté et de rassembler autant d’argent tant que le projet est corroboré par une extrême motivation. Lorsque l’envie de s’évader vers de nouveaux paysages arrive, il est facile de se passer des besoins superflus.

Dès lors, il faut faire une mise au point sur ses dépenses et éliminer les « extras ». À commencer par réduire le budget consacré aux sorties, aux vêtements, aux restaurants. Voire le budget alloué à l’alimentation. Bien qu’un budget peut diminuer le long d’un circuit, ce dernier conseil initie déjà sur comment se passer des boissons et sucreries inutiles. Aussi, la note ne va pas tripler à défaut de commander une bière ici et là.

faire des économies

Vendre les biens mobiliers et objets superflus

Au moment de partir pour un long voyage, presque tous les locataires se soucient de l’endroit où il faut mettre tous ses biens mobiliers. Or, la contrainte du « stockage » ne devrait pas être un autre coût en supplément.

Pour éviter de dépenser de l’argent inutilement pourquoi ne pas essayer d’en gagner en vendant tous les choses inutiles ? Et de faire garder qu’une infime quantité de cartons chez ses proches. De cette manière, il est possible de récolter des milliers d’euros qui vont permettre de financer l’assurance ou l’équipement de voyage.

Recherche de partenariat

Il est possible de se faire sponsoriser par une marque à condition d’être présent sur le Web au cours de son tour du monde. Recevoir à titre gracieux un équipement de qualité ou faire financer un tronçon du voyage.

Il existe des entreprises qui sont prêtes à pistonner les vacanciers et touristes dans la mesure où les circuits vont pouvoir accroître leur visibilité sur la toile. Pour ce faire, il faut créer des comptes sur les réseaux sociaux ou un site web, de les animer en publiant des vidéos qui donnent envie de s’abonner, de suivre à tel point où une entreprise offre son sponsoring.

animation réseaux sociaux

Le Crowdfunding

Un projet spécial mérite d’être présenté sur les plateformes crowdfunding. Il s’agit des sites de financement participatif qui proposent des financements pour les projets de voyage les plus malins.

En revanche, dans l’ordre du crowfunding, il est indispensable d’offrir des récompenses aux donateurs. Et c’est aussi à travers ces récompenses qu’ils vont concéder sa participation et y mettre un peu d’argent.

Obtenir une bourse et faire un prêt

Il existe des organismes spécialisés offrant une bourse ou « coup de pouce » aux voyageurs. Voici quelques exemples : Zallidja, Millet, AVI international, Expé, Déclics Jeunes de la Fondation de France. Pour recevoir une bourse depuis d’autres organisations, il va falloir se renseigner longtemps à l’avance auprès des mairies, des conseils régionaux ou des initiatives locales. Néanmoins, cette bourse ne permet pas de financer la totalité de son voyage et son obtention est loin d’être rapide. Dès lors, faire un crédit voyage entre particuliers demeure une alternative. Il se procure rapidement, mais devra être remboursé convenablement.

crédit particulier

 

En somme, avant de partir à la conquête d’un lieu lointain et étranger, il va falloir mettre de côté le maximum d’argent possible. Il est plus assuré de dépenser moins tant que l’objectif est précis et murement réfléchi. Ou présenter son projet auprès des organisations qui offre une bourse, de rechercher des partenaires ou de travailler le long du voyage. Des résultats vont forcément récompenser de ces efforts.